Nuno Resende.net

Actualités

Article – Lavenir.net – Mai 2013

Finale The Voice - Nuno ResendeLa finale de The Voice 2 France, c’est ce samedi soir. Avec Nuno Resende, candidat belgo-portugais.TF1, 20.50Ce soir, il n’y aura pas que notre concitoyen Roberto Bellarosa qui poussera la chansonnette lors d’un concours.

Sur la scène de The Voice, sur TF1, la finale se jouera entre Loïs, Yohan Olympe et Nuno Resende, 39 ans, candidat belge d’origine portugaise. Si ce nom ne vous est pas inconnu, c’est normal. Nuno a multiplié les expériences.

De Pour la gloire (RTBF) en 1997 au rôle de Snake dans Adam et Ève : La Seconde Chance, la comédie musicale de Pascal Obispo en 2012, en passant par la chanson des Diables rouges (Allez, allez, allez) en 2000, la représentation de la Belgique à l’Eurovision en 2005 (avec Le Grand Soir, 22e sur 25) et une pelletée de comédies musicales (Roméo et Juliette, Les demoiselles de Rochefort, Mozart l’opéra rock…).

Il nous livre ses impressions par téléphone avant la finale.

Dissipons tout de suite un malentendu. Certains vous disent Namurois, d’autres Liégeois, d’autres encore Bruxellois…

J’ai toujours habité à Bruxelles, où j’ai toujours mon appartement.

Vous avez pu faire la fête après la demi-finale samedi dernier?

Non, malheureusement, j’étais très malade. J’ai donc fait ce que j’ai pu pendant le prime, mais je suis allé vite me coucher. On a bu une tisane avec des amis…

Vous avez dû être encore plus surpris d’être sélectionné, alors?

Je dirais plutôt content. Très, très content… Un médecin m’a donné un petit remède miracle qui m’a fait tenir et là je me soigne depuis samedi. Ça va beaucoup mieux. J’ai bon espoir d’être à 100 % samedi.

Je suppose que les messages de félicitations affluent?

Oui, j’en ai reçu plein, de mes amis mais aussi d’anciens collaborateurs, des gens avec qui j’ai travaillé, d’autres chanteurs comme Maurane, Pino Santoro, Philippe d’Avilla, Gaëlle Mievis (Sirius Plan)…

Dommage que les Belges ne puissent pas voter pour vous…

C’est vrai… Je suis vraiment triste, car si c’était le cas, on pourrait déjà arrêter l’émission (rires).

Mais samedi soir, vous serez aussi en concurrence avec Roberto, qui s’est qualifié pour l’Eurovision…

C’est vrai? Il s’est qualifié? (NDLR : l’interview a eu lieu mercredi). C’est génial! Ça, il faut vraiment le faire! Mais bon, la chanson est super et je suppose qu’il l’a interprétée vraiment bien. Je suis très content pour lui.

Un conseil à lui donner?

Avoir la tête dans les nuages, mais rester les pieds sur terre. Il faut se laisser porter par l’euphorie, tout en gardant contact avec la réalité. C’est là qu’on atteint la vraie grandeur.

À propos de tête en l’air, vous avez fait très fort avec votre prestation sur «En apesanteur» de Calogero la semaine dernière…

C’était la première fois que je chantais accroché à un harnais. J’ai eu un peu peur au moment de la descente. Et puis selon la façon dont vous vous inclinez, cela appuie plus ou moins sur le ventre et cela influe sur le souffle. Mais je trouve que cela s’est passé pas mal…

Revenons à ce samedi. Vous serez face à Loïs, Yohann et Olympe. Vous avez des affinités avec eux?

Ce sont des frères d’arme! On a tous la même passion et on a tous un grand respect l’un pour l’autre. Chacun a son univers, c’est ce qui va faire la richesse de l’émission. En plus, tous les coaches vont chanter. Et moi, je vais chanter en duo avec Lara Fabian. Ce sera un très grand moment pour moi.

Si vous gagnez, il y a un album à la clé. Vous y avez déjà songé?

C’est vraiment trop tôt. Je prends les choses étape par étape. Mais si c’était le cas, je prendrai le temps de la tournée pour réfléchir et consulter mes amis auteurs et compositeurs. Ensuite, il faut voir ce qu’Universal aura à me proposer…

Vous pourrez toujours chanter une chanson pour les Diables rouges s’ils se qualifient pour le Brésil…

(rires) Retour 13 ans en arrière! Allez, allez, allez, tatatatatatata… (rires) C’est rigolo. J’ai gagné un peu de sous avec ça et je pense qu’on a tous fait des choses pour gagner notre vie… J’ai toujours envie de découvrir plein de choses. Donc, pourquoi pas une chanson pour les Diables rouges l’année prochaine, soyons fou! (rires)

Mais le Grand Jojo est déjà sur le coup…

Ah! Alors là, je n’ai plus ma place, je suis largué (rires).

  • Source: lavenir
  • Interview: Marc UYTTERHAEGHE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *