Nuno Resende.net

Actualités

Nuno Resende Aladin

Article – Il doit avoir un bon génie – Avril 2008

« Il doit avoir un bon génie »

Interview réalisé par le site DH.net

Publié le samedi 26 avril 2008 à 00h00

Nuno Resende va réenfiler le costume d’Aladin dès la rentrée. En attendant, il travaille…

BRUXELLES Du premier décembre 2007 au 6 janvier 2008, histoire d’enchanter les fêtes, il a été sur scène, au Palais des congrès, à Paris, dans le rôle d’Aladin, petit prince de nulle part tombé tout droit d’un conte des mille et une nuits. Une expérience dont Nuno Resende se souvient avec un sourire dans le regard. « Quand je suis arrivé sur le projet – tard, d’ailleurs -, les producteurs avaient déjà des idées assez précises de ce qu’ils voulaient« , dit-il. « C’est vrai qu’Aladin, c’est un peu moi. J’aime bien courir dans tous les sens, il est assez joyeux, bondissant. Ça m’allait. » Quelques tests plus tard – danse, voix, diction – Nuno était choisi. Manifestement, ça allait aussi au metteur en scène, Jeanne Deschaux.

À l’inverse de Roméo et Juliette, autre comédie musicale à laquelle notre compatriote a également participé, pas de long plan marketing, ni de sortie de single des mois avant les débuts sur scène. « On a enregistré l’album en août et il est sorti en même temps que le spectacle. Nous avons donné 25 représentations et là, nous travaillons sur la tournée« . Qui va débuter à l’automne. « On va devoir se replonger dans le bain », dit-il, en prenant une mine catastrophée. C’est qu’incarner Aladin n’est pas de tout repos pour Nuno qui ajoute encore qu’il n’a plus vingt ans ! « Je suis pieds nus sur scène, et ce n’est pas une mince affaire. Je dois, par exemple, faire un saut au-dessus d’un type qui fait 1 m 80 et si je me réceptionne mal, je le traîne après pendant quelques représentations. Ça paraît anodin, mais ça ne l’est pas. J’ai appris ça sur Les demoiselles de Rochefort où je dansais beaucoup. C’est vraiment un travail de longue haleine.« 

Mais voir les mirettes écarquillées des petits spectateurs dans le public suffit à faire oublier à l’artiste ses petits bobos. « Nous avons des familles entières, dans la salle. Et le spectacle fonctionne aussi bien auprès des petits qu’auprès des grands. Les enfants, même s’ils sont dissipés avant que ça ne commence, dès que le noir se fait, ils sont scotchés pendant une heure et quart. Les parents y trouvent leur compte aussi, parce qu’il y a de chouettes mélodies. » Et des références, des clins d’oeil à la vie d’aujourd’hui dont se réjouit le chanteur. « Le génie est au courant de tout, mais moi, je vis dans mon monde. Il me parle de camions et de GPS, et je ne pige pas du tout ce qu’il me raconte. C’est un spectacle dans lequel on a réussi à faire un concentré de joie, de couleur, de bonne humeur. Et qui, en plus, offre une belle histoire d’amour entre les deux personnages principaux.« 

Et puis, il y a le travail de troupe que Nuno, au fil du temps, aime de plus en plus. « On est 23 sur scène, c’est à échelle humaine. On a tous les avantages sans les inconvénients« , dit-il. « On est un vrai groupe, on peut se serrer les coudes, mais on n’est pas nombreux au point de ne pas connaître les noms de tout le monde. Il y a une vraie interaction. Pour la tournée, il y aura sans doute une nouvelle distribution. Mais pas pour les rôles principaux.« 

Avant de prendre la route, en septembre prochain, Nuno et ses camarades vont donc assurer la promotion du disque, dont le single Rêver tourne actuellement en radio. « Je profite de ce creux pour travailler à des projets plus personnels », dit-il. « Cela fait longtemps que je fais des comédies musicales et l’envie d’autre chose commence vraiment à se faire sentir. Je me dis que c’est maintenant ou… plus !« 

Isabelle Monnart Aladin, Universal

Nuno Resende aime sa petite (23 personnes) troupe d’Aladin… (universal)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *